Qu’est-ce que le BPM ?

768 1
Robot expliquant l'automatisation de processus BPM

La gestion des processus métier (BPM : Business process management) consiste à cartographier et à analyser les processus métier afin de les aligner sur les objectifs généraux de l’entreprise et d’identifier les zones d’amélioration. Il s’agit d’un élément central de tout projet de transformation digital.

L’utilisation d’un logiciel de BPM pour optimiser les processus permet aux organisations d’éliminer les tâches fastidieuses et répétitives, d’améliorer la productivité des employés, de réduire les délais de commercialisation et d’offrir une meilleure expérience client.

Quels sont les avantages d’une plateformes de BPM ?

Une efficacité accrue : une meilleure compréhension des processus métier permet aux organisations d’identifier et de corriger les goulets d’étranglement et les inefficiences. Le BPM peut également aider à identifier les tâches qui pourraient bénéficier de l’automatisation ou de la robotisation.

Une plus grande agilité : les logiciels de BPM permettent aux entreprises d’adapter rapidement leurs processus métier afin de répondre aux changements externes, tels que les fluctuations du marché ou les modifications de la réglementation, ou aux facteurs internes, tels qu’un changement de stratégie, pour fournir un service toujours plus compétitif.

Une conformité renforcée : en prédéterminant les règles métier dans les processus, la conformité et les meilleures pratiques sont intégrées directement dans les processus métier de l’organisation. Cela permet notamment de prouver la conformité des opérations aux parties externes comme l’Autorité des marchés financiers (AMF) ou l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Une collaboration accrue : l’utilisation des processus comme langage commun permet une collaboration plus efficace entre les équipes opérationnelles et les équipes IT, ce qui se traduit par un développement plus rapide des applications métier. Cela favorise la collaboration entre les employés au quotidien, car les données peuvent être stockées dans un référentiel centralisé, de sorte que tout le monde a une vue simultanée sur les mêmes informations.

Réduction des risques : les logiciels de BPM permettent de normaliser les processus et offrent une meilleure visibilité et un meilleur contrôle de leur exécution, ce qui réduit le risque d’erreur humaine. Les fonctions de gestion de l’accès permettent également de contrôler qui peut consulter et modifier les informations, ce qui aide les organisations à assurer la gouvernance des données et à prévenir les problèmes de sécurité.

Amélioration continue : la cartographie et l’examen des processus à l’aide d’un logiciel de BPM offrent une meilleure visibilité et une compréhension plus approfondie de la performance des processus métier. Les utilisateurs peuvent les examiner de manière itérative et identifier les possibilités d’amélioration pour accroître les performances.

Quels sont les différents types de BPM ?

BPM centré sur l’utilisateur :  la gestion des processus centrée sur l’utilisateur se concentre sur les activités humaines nécessaires à l’exécution d’un processus et automatise les fonctions de « support ». Cela garantit que les tâches sont exécutées par la bonne personne au bon moment. Le recrutement d’un employé est, par exemple, un processus centré sur l’utilisateur.

BPM centré sur les documents : La gestion des processus centrée sur les documents gère le flux d’approbation des documents, évitant les chaînes d’e-mails et permettant un meilleur contrôle des versions. L’exemple le plus classique concerne l’approbation et la signature d’un document contractuel (e.g. NDA).

BPM centré sur l’intégration : La gestion des processus centrée sur l’intégration relie les différents systèmes logiciels d’une organisation pour permettre aux données de circuler entre eux, réduisant ainsi le besoin de transfert manuel de données d’un système à l’autre. La connexion d’une GED ou d’un ERP avec une plateforme de BPM est un exemple courant.

Quel est le cycle de vie typique d’un BPM ?

D’après notre expérience en tant qu’intégrateur de référence de Bizagi sur le marché français, l’automatisation de processus se fait selon 5 grandes étapes :

  1. Conception : identifier les processus qui nécessitent le plus d’améliorations et définir les étapes nécessaires pour atteindre le résultat souhaité ;
  2. Modélisation : cartographier les processus actuel (as is) et concevoir la version cible (to be) ;
  3. Développement : implémenter le processus cible sur une plateforme de BPM ;
  4. Suivi : suivre les performances des nouveaux processus afin de déterminer si les améliorations produisent les résultats escomptés ;
  5. Optimisation : l’objectif de la gestion des processus métier est de trouver en permanence des moyens d’améliorer les processus métier et de permettre à l’organisation de travailler plus intelligemment.

A propos de StoryShaper :

StoryShaper est une start-up innovante qui accompagne ses clients dans la définition de leur stratégie digitale et le développement de solutions d’automatisation sur-mesure.

Sources : StoryShaper, Bizagi