Les 5 défis de l’automatisation pour les Directeurs des opérations (et comment y répondre)

712 0

Lorsque la curiosité autour d’une tendance ou d’une technologie dépasse le stade du Et si ? et commence à se s’attaquer aux problématiques réelles que les entreprises rencontrent, cela indique qu’une étape de maturité technologique est franchie.

L’automatisation ne fait pas exception. Comme l’a noté Forrester, l’année dernière, l’automatisation est passée d’une initiative originale à une priorité incontournable lors des réunions du conseil d’administration.

Cela correspond à notre expérience chez StoryShaper, qui travaillons avec un nombre croissant d’organisations où les responsables de l’excellence opérationnelle intensifientl leurs efforts pour développer l’automatisation d’une manière de plus en plus stratégique.

Dans cet article, nous allons examiner les principaux défis auxquels sont confrontés nos clients dans leurs projets d’automatisation – ainsi que quelques conseils sur la façon de les surmonter.

Défi #1 : une adoption limitée au sein de l’entreprise

Notre partenaire Celonis a récemment interrogé plus de 500 responsables des opérations pour en savoir plus sur l’état actuel de l’excellence des processus. Selon leurs résultats, 56,5% des responsables des opérations considèrent l’automatisation comme une priorité absolue, et 40% d’entre eux mesurent le succès par une automatisation accrue.

Mais le chemin vers l’excellence opérationnelle n’est pas facile, et il existe des obstacles à l’adoption. Certains des principaux facteurs sont liés à la gestion du changement. Soutenir le changement et surmonter la résistance au changement ont été identifiés comme des défis majeurs par 27% et 26% des répondants respectivement.

Conseil : Il est important, dès le début de tout projet de transformation numérique, d’obtenir l’adhésion de la direction. 20 % des personnes interrogées ont indiqué qu’il s’agissait là d’un défi majeur pour l’année à venir. Le même pourcentage a également indiqué qu’il fallait surmonter la focalisation sur le court terme.

Obtenir l’adhésion de sponsors au niveau de la Direction générale est un enjeu essentiel. Ils aideront à propager la nouvelle initiative, à aligner les objectifs opérationnels et la stratégie globale de l’entreprise, et à mettre l’accent sur les objectifs à long terme.

Défi #2 : déployer en toute confiance

Le déploiement des outils est l’activité à laquelle les responsables des opérations consacrent la plus grande partie de leur temps (près de 10 %), juste avant l’analyse des coûts et des gains, l’évaluation des technologies et la gestion des fournisseurs. Il est intéressant de noter que la technologie même qui est censée libérer du temps et augmenter la productivité engendre le plus grand défi…

Avant de procéder au déploiement d’une nouvelle technologie, il est important d’établir exactement son équation économique (i.e. sa rentabilité attendue). L’un des grands avantages des plateformes de process mining est qu’elles permettent de faire émerger des indicateurs de performances à partir de vos données existantes. Vous saurez ainsi exactement quelle valeur vous pouvez tirer de l’automatisation et s’il existe des problèmes potentiels en aval ou des goulets d’étranglement causés par l’automatisation. Et vous pouvez savoir tout cela en toute confiance avant de commencer à mettre en œuvre votre première automatisation.

Conseil : Si vous choisissez de simuler vos scénarios d’automatisation avant de les mettre en oeuvre, veillez à utiliser une technologie qui les fonde objectivement i.e. sur les données réelles de vos systèmes.

Défi #3 : identifier les bonnes technologies pour vos différents besoins d’automatisation

Le terme automatisation est parfois utilisé comme un terme générique pour différents types de technologies. Par exemple, il existe des outils simples d’enregistrement de tâches, des outils d’automatisation robotique des processus (RPA : robotic process automation), des plates-formes d’automatisation de processus (BPM : business process management), des logiciels développés sur-mesure, etc.

Avec autant de types d’automatisation différents à votre disposition, vous devez vous assurer que vous faites correspondre la bonne technologie au bon besoin. Croire qu’une seule de ces technologies répondra à l’ensemble de vos besoins en automatisation mènera probablement à des échecs plus ou moins importants.

Conseil : les solutions d’automatisation traditionnelles, telles que la RPA ou le BPM, peuvent être excellentes pour automatiser de nombreux processus plus ou moins complexes. Néanmoins, il est souvent nécessaire de réaliser un audit initial avant d’automatiser vos processus, afin de ne pas simplement automatiser des processus mal conçus ou mal adaptés à une approche robotisée.

Défi #4 : gérer l’adaptation au télétravail

Avec le début de la pandémie de Covid-19, nous avons vu l’automatisation s’accélérer dans les grandes entreprises de production et de logistique. Mais qu’en est-il des autres secteurs qui adoptent un modèle de travail à distance ?

Il existe d’innombrables exemples d’entreprises qui luttent non seulement pour adapter leurs pratiques de travail collaboratif, mais aussi les activités de base sur lesquelles repose leur activité.

Conseil : Si le travail à distance a une incidence importante sur vos processus métiers de base, recherchez les possibilités d’automatiser les services de production avant les processus généraux, et faites de l’expérience utilisateur de vos employés une priorité.

Défi #5 : intégration de l’infrastructure et des systèmes

Il est impossible de développer avec succès vos projets d’automatisation sans une infrastructure flexible et évolutive.

De même, l’intégration et l’automatisation vont de pair – tout processus d’une certaine complexité est susceptible de toucher plusieurs systèmes. La capacité de connecter de manière transparente et efficace les systèmes dans vos processus automatisés n’est donc pas négociable.

Conseil : si possible, réduisez les infrastructures on-premise qui vous limitent en termes de déploiement de l’automatisation, d’évolutivité et de facilité d’utilisation. La plupart des éditeurs de solutions de process mining, de RPA ou de BPM disposent de solutions hébergées dans le cloud qui permettent un gain de temps précieux en déploiement et en maintenance. En outre, recherchez des plateformes d’automatisation qui facilitent l’intégration.

A propos de StoryShaper :

StoryShaper est une start-up innovante qui accompagne ses clients dans la définition de leur stratégie digitale et le développement de solutions d’automatisation sur-mesure.

Source : StoryShaper, Celonis

Laisser un commentaire