Et si l’IA nous rendait plus créatifs ?

785 0

La vitesse fulgurante à laquelle l’intelligence artificielle (IA) a progressé et s’est immiscée dans notre quotidien continue de susciter des réactions mitigées. Si beaucoup sont enthousiasmés par les possibilités qu’elle ouvre, d’autres s’inquiètent de son impact potentiellement délétère, en particulier dans le domaine du travail.

Ce sentiment de malaise est compréhensible. Lors des précédents changements de paradigme technologique, l’évolution de la nature du travail a donné naissance à de nouveaux emplois inimaginables auparavant. Lorsque des robots mécaniques ont été déployés dans l’industrie automobile dans les années 1960, de nouveaux rôles ont été créés pour les superviser. Les experts pensaient que les distributeurs automatiques de billets (DAB) remplaceraient jusqu’à 75 % des guichetiers. Au lieu de cela, les banques ont investi les économies réalisées grâce à ces machines dans la construction de nouvelles succursales et la création de nouveaux emplois de guichetiers. De même, l’arrivée de l’IA avancée, comme les grands modèles de langage (LLM), a ouvert la voie à de nouvelles professions, à l’instar de l’ingénierie d’assistance.

Une analyse objective démontre que les nouvelles technologies ont globalement rendu les travailleurs plus productifs et ont contribué à une plus grande croissance économique. Dès lors, il est compréhensible de redouter que l’IA ne remplace des emplois, mais à plusieurs égards, la technologie rend le capital humain plus précieux qu’il n’a été.

L’IA nous conduit vers la réhumanisation du travail

Malgré tous les discours qui mettent en avant le remplacement de l’homme par la machine, le travail humain n’a jamais eu autant de valeur.

Dans un contexte de ralentissement de la croissance de la main-d’œuvre, de surabondance de capital et d’importance croissante des actifs incorporels tels que la propriété intellectuelle et les réseaux de clients, l’équilibre des forces se déplace du capital vers le travail. L’entreprise d’aujourd’hui a besoin d’un nouveau modèle mental, qui réhumanise la façon dont nous concevons le travail.

Bain & Company, The working future: more human, not less

Depuis quelque temps déjà, l’automatisation a fait disparaître le robot de l’homme, et les progrès récents de l’intelligence artificielle laissent entrevoir un avenir où les robots logiciels pourront prendre en charge une part encore plus importante du travail non créatif. Une étude publiée par Forbes menée par des « chercheurs de l’université de Pennsylvanie et de l’OpenAI a révélé que certains cols blancs instruits gagnant jusqu’à 80 000 dollars par an sont les plus susceptibles d’être affectés par l’automatisation de la main-d’œuvre ». Cette constatation souligne avec force l’urgence de redéfinir notre vision du travail et de l’automatisation.

Le rapport de Bain poursuit en indiquant qu’à l’avenir, les entreprises performantes « cesseront de gérer les travailleurs comme des machines, mais les aideront plutôt à renforcer leurs capacités personnelles et à créer une carrière qui corresponde à l’idée qu’ils se font d’une vie qui a du sens. Dans ce cadre, les dirigeants réorganiseront les flux de travail afin d’aider les individus à utiliser au mieux leurs avantages humains uniques. »

La quête de sens ou quand le travail ne peut plus être qu’un simple gagne-pain

Au début du XXe siècle, certains théorisaient que les progrès technologiques réduiraient la semaine de travail à 15 heures. On sait ce qu’il en est advenu. Malgré des avancées technologiques majeures, les salariés de la plupart des pays développés travaillent encore en moyenne 35 heures ou plus par semaine.

Si certains y voient un échec, cela met au moins en évidence un aspect du travail dont on ne parle pas assez. Même avec suffisamment d’argent pour subvenir à leurs besoins, nombreux sont ceux qui choisissent de continuer à travailler. Non seulement car cela leur apporte d’autres avantages, tels que la motivation et l’appartenance à un groupe, mais aussi car leur emploi incarne la quête de sens qui les anime.

Une enquête menée auprès de salariés européens a d’ailleurs montré que 55 % d’entre eux continueraient à travailler même s’ils pouvaient se permettre de ne pas le faire.

Il est clair que cela ne s’applique pas à tout le monde, en particulier à ceux dont les fonctions manquent de créativité et d’autonomie. Aux États-Unis, moins d’un tiers des salariés sont activement engagés dans leur travail. À l’échelle mondiale, seuls 20 % des salariés déclarent se sentir engagés au travail, et ce pour des raisons multiples. Toutefois, la recherche montre généralement une corrélation positive entre la créativité et l’engagement. En outre, les outils d’IA augmentent la valeur de la créativité humaine et permettent aux employés de consacrer plus de temps à un travail satisfaisant.

Quand les barrières techniques de la créativité s’érodent 

Depuis que les ordinateurs existent, le codage est une compétence nécessaire pour créer des logiciels. Mais les choses changent avec les outils d’IA générative. Les utilisateurs peuvent désormais décrire les programmes qu’ils souhaitent créer en utilisant un langage courant, ce qui permet aux personnes dépourvues de compétences techniques d’exploiter leur potentiel créatif. Ces progrès s’appuient sur des outils no code qui permettent aux développeurs de créer rapidement de puissants automatismes. 

À l’avenir, la réflexion créative nécessaire pour concevoir des logiciels utiles constituera une valeur ajoutée fondamentale, et proprement humaine. La génération actuelle de LLM cherche à faire des suppositions fondées sur les questions des utilisateurs, mais elle ne peut pas générer d’idées vraiment originales comme le font les humains.

En supprimant l’obstacle technique qui sépare une nouvelle idée de sa concrétisation, des millions de personnes sans formation technique pourront exploiter leur créativité pour créer de nouveaux produits et services.

A propos de StoryShaper

StoryShaper est une start-up innovante qui accompagne ses clients dans la définition de leur stratégie digitale et le développement de solutions d’automatisation sur-mesure.

Sources : StoryShaper, Bain & Company, Forbes, Springer Link, UiPath.

Laisser un commentaire