RPA: Comment s’inspirer du meilleur joueur de cricket pour améliorer sa transformation digitale?

182 0
Meilleur joueur cricket apprentissage RPA

Dans un article précédent, nous avons vu comment l’exemple de la NBA pouvait aider votre entreprise à mieux piloter sa transformation digitale. Puisqu’elles s’attaquent à la prise de risque, la gestion des imprévus et les améliorations de long terme, les stratégies sportives sont bien souvent des exemples concrets riches en apprentissage pour le monde de l’entreprise. Dans cet article, nous tirons les leçons des performances d’un sportif renommé qui pourrait bien vous inspirer dans le cadre de votre projet d’automatisation.

La stratégie adoptée par Bradman, un des plus grands joueurs de l’histoire du cricket nous donne en effet une idée des bons réflexes à adopter pour faire face aux difficultés rencontrées sur le chemin du succès. Découvrez quels parallèles il est possible d’établir entre l’histoire de Bradman et la RPA, et comment tirer profit de cette analyse pour mener à bien l’automatisation de vos processus.

Bradman, une légende du cricket

L’un des meilleurs joueurs de cricket de tous les temps était un Australien du nom de Sir Donald Bradman. Bradman était le maître du « Test cricket », une forme de jeu particulièrement éreintante où un match se déroule sur une période pouvant aller jusqu’à cinq jours. (Pour ceux qui ne connaissent pas le cricket, le terme « test » peut être synonyme d' »essai », ce qui implique quelque chose de rapide et de facile. Mais dans le contexte du cricket, test signifie une épreuve d’endurance pour les joueurs). 

Bradman a assuré pendant vingt ans une domination par rapport à ses pairs, grâce à des performances à la limite de l’ordinaire. Le joueur qui occupe la deuxième place atteint à peine 62% des performances de Bradman

Pour parvenir à un tel succès, la stratégie du champion est d’une simplicité insolente: frapper la balle, au sol, là où il n’y a pas de défenseurs, puis le faire encore, encore et encore. C’est généralement suffisant pour atteindre le guichet suivant, pour une nouvelle course.

Que tirer de l’expérience de Bradman pour votre stratégie d’automatisation?

C’est ici qu’intervient la leçon pour votre programme RPA. Le succès de votre processus d’automatisation est le résultat d’efforts constants, inébranlables et sans relâche. Frappez des balles au sol, suffisamment pour marquer des points, puis visez la prochaine cible, et celle d’après.

Vous avez une opportunité d’automatisation avec de grands avantages, mais il vous faudra neuf mois pour la construire? Voici ce que StoryShaper vous conseille:

  • Laissez tomber ou divisez-la en morceaux beaucoup plus petits qui peuvent être livrés pas à pas. Mieux encore, nous vous conseillons de travailler sur des processus qui peuvent être mis en production plus rapidement.
  • Triez votre liste d’opportunités d’automatisation par niveau d’effort, et non par avantages. Les avantages que vous obtiendrez seront bien plus importants que ceux que vous obtiendrez en en faisant trop d’un coup.  

Ne construisez rien de non rentable, mais concentrez-vous sur ce que vous pouvez mettre en production rapidement.

Ce qui fonctionne aujourd’hui ne fonctionnera pas forcément demain

La technique de Bradman était si efficace que ses rivaux ont tenté de nouvelles tactiques pour le vaincre. Pour gérer ces attaques agressives, Bradman fait évoluer ses propres techniques tout au long de sa carrière. Il s’adapte à différents styles de jeu, et même au recul de ses capacités athlétiques avec l’âge.

Dans le domaine de la RPA, les « adversaires » sont nombreux: l’évolution de la technologie, la dette technologique et les attentes croissantes des partenaires. Une transformation digitale efficace nécessite de reconnaître les changements dans l’environnement et d’y être particulièrement sensibles car plus que tout autre discipline technique, la RPA punit ceux qui abandonnent leurs efforts.

Protéger son héritage

Le dernier match de Bradman nous apporte une leçon supplémentaire.

Le 14 août 1948, Bradman se présente au bâton pour la dernière fois à Londres. Il affronte un lanceur du nom d’Eric Hollies, qui n’était même pas né lorsque Bradman a disputé son premier match professionnel. C’est le dernier tour de Bradman, et il lui manque quatre points pour atteindre les 7 000 points nécessaires à une moyenne de 100 points dans sa carrière. La deuxième balle de Hollies rebondit devant Bradman et dans le guichet, et la carrière de Bradman se termine par un « duck ». L’homme a fait une moyenne de plus de 100 runs par manche pendant 19,999 années, et sa dernière manche le fait passer sous la barre des 100. Dévastateur.

Notre partenaire UiPath en tire la leçon suivante. Vous allez échouer quelque fois, mais la route vers l’automatisation vous mettra en position de connaître des échecs dont vous pourrez tirer des leçons, avec la certitude qu’à la fin, vous en sortirez grandis.

A propos de StoryShaper : 

StoryShaper est une start-up innovante qui accompagne ses clients dans la définition de leur stratégie digitale et le développement de solutions d’automatisation sur-mesure.

Sources : StoryShaper, UiPath

Laisser un commentaire